Archives pour la catégorie Mes Souvenirs, Souvenirs

Mai 90. J’ai neuf ans !!

9 bougies, 9 petites filles, 9 portraits volés entre les ballons multicolores & haribo multisaveurs.

1. L’intrépide : elle aura tout escaladé & tout testé, même les limites.

2. L’innocente : ses yeux & ses tresses blondes ne rivalisent de douceur qu’avec sa voix. 

3. L’enjouée : son enthousiasme est communicatif & elle rayonne de bonne humeur. Son éclat de rire est cristallin.

4. La boudeuse : il y a toujours un hic, petit ou grand, qui arrive a troubler son bonheur.

5. La shakira : elle dévoile son full potentiel aux premières notes de musiques. Son déhanché fait le reste.

6. L’instigatrice : toujours en retrait, son lieu de prédilection est le creux de l’oreille. En chuchotements & secrets, elle excelle. 

7. La délicate : c’est son port irréprochable, sa tête haute & sa voix posée que l’on note en premier. Son air evanescent vient conclure le portrait en beauté. 

8. La bout-en-train : elle fait rire la cohorte, parfois malgré elle. Il faut tout lui répéter deux fois & à la fin de l’envoi, elle touche. En malice.

9. L’effacée : le son de sa voix n’aura pas laissé de traces. Impossible de dire si c’est sa petite taille ou sa timidité qui lui a sectionné les cordes vocales. 

L’avocate

Elle arrive avec quelques minutes de retard, son imper négligemment posé sur l’avant bras, la clé du cabinet dans la main droite & sa sacoche aux mille dossiers dans la main gauche.

Légèrement essoufflée, elle s’excuse avec assurance, supra-occupés « Désolée, mon audience de ce matin s’est éternisée ». Il n’est que 9h18 notez… Elle n’est pas plus grande que moi, toute fine, elle doit avoir 48 ans & elle est rousse, avec une belle crinière, mais une coiffure à tendance années 80, à la Sue Ellen.

Sa petite robe bleue en soie sauvage est parfaitement cintrée & met en valeur un corps ferme & une silhouette bien droite. Elle a le port altier naturel de ces personnes à etre totalement à l’aise en public. Normal, évidemment…

Assise derrière son grand bureau, elle parait plus petite encore, mais son omniprésence irradie dans toute la pièce. Elle est sûre d’elle, connait son discours par coeur. Elle va droit au but, enchaine les questions simples & claires, note les réponses simples & claires dans un dossier bleu, comme sa robe. De temps en temps, un sourire, une remarque plus personnelle, une touche de psychologie, pour rassurer. Bien huilé, c’est sûr.

Sur son bureau, coté visiteur,  parfaitement bien placé, une grosse boite de Kleenex. Pratique en effet. De A à Z, elle mène la danse. Son rythme a son éloquence vont de paire avec ses remarques & ses suggestions intelligentes. Elle dirige & elle assure. Oui c’est vrai, c’est une professionnelle qui connait parfaitement bien son métier.

Les divorces, ça fait 20 ans qu’elle s’en occupe.

Le sous sol, Juin 1997

Il y avait ce petit banc avec cette peinture usée.
Il y avait ces regards echangés & ces sourires qui n’en finissaient pas.
Il y avait cet invitation, il y avait ma main dans sa main vers l’inconnu.
Il y avait le temps de l’insouciance, de la légèreté & de l’adolescence.
Il y avait cette petite allée sombre & ce sous sol sous les combles.
Il y avait cet envie des promesses d’amour éternel qui ne survivent jamais au temps.
Il y avait cet air dans ma tete, Sade qui chuchoté No ordinary love.
Il y avait ces leçons de philo que j’avais du mal a suivre.
Il y avait cette complicité des meilleurs amis amants.
Il y avait ce baiser qui a changé ma ma vie.
Il y avait cette naïveté imbécile du premier amour.
Il y avait cette chaleur etoufante & ces premiers ébats maladroits & silencieux.
De Sous sol, je ne regrette rien, mais je ne languis rien.

10 ans par défaut

Si c’était à refaire, je serais au sommet d’un volcan, je serais lave en ébullition.

Si c’était à refaire, je serais au fond des océans, je serais silence absolu.

Si cétait à refaire, je serais juste au dessus des nuages, je serais vide vertigineux.

Si c’était à refaire, je serais au delà de l’espace, je serais comète interstellaire.

Si c’était à refaire, j’aurais été plongée dans l’amour infini, je serais resté blottie dans son coeur.

Instant de vie, instant d’ennui

A une terrasse

La fumée d’un café s’envole

La cuillère tourne en rond

Machinalement

Le papier déchiré pleure

Abandonné, orphelin

L’air est pesant, lourd

Le brouhaha de la ville

Tout autour des voix

Le regard hagard

Dévisageant les badauds

Ne cherchant personne

Enfin si……

Image de prévisualisation YouTube

Sweet August [ou pas]

On faisant le grand nettoyage du printemps dans mon bureau, je suis tomber sur ça :) ) Mon dieu que le temps passe vite, un truc que j’ai sûrement rédiger tard un soir d’été ….. Parce que en ce temps là, Many Chéri, préférais jouer au chat & a la souris (Un jeu qui me met hors de moi) Pourquoi je n’ai pas poster ?? je ne sais pas, j’en avais surement plein le cul marre a l’epoque …. Voilà, je le recopie ici tel quel, un peu de nostalgie que diable !!

« Embrasse-moi idiot …  » Ou l’histoire sans fin !!

J’ai un petit dilemme, je ne sais pas si vous pourrez m’être d’une quelconque aide. Je suis la victime d’un vieux teasing & je ne sais pas si je dois faire semblant d’y croire ou pas. Un teasing suppose qu’on a quelque chose au bout, mais le hic, c’est que moi mon teasing, c’est pépètes !! Que dalle !! Du teasing dans le vide !!

Normalement, quand on plaît à quelqu’un & que ce quelqu’un nous plaît, c’est sensé être le scénario idéal, rien de plus simple, y’a même pas à se poser de questions, on fonce & c’est tout, enfin, je ne sais pas, mais pour ma part je ne me pose aucune question, je ne vois pas super loin en même temps, je profite de l’instant présent, enfin j’essaie. Ou alors je ne plais pas à ce quelqu’un c’est possible aussi (Pourtant il s’est bien passé des choses, Hmm, il y a dix ans, Bon faut dire aussi que dix ans c’est super long & loin & beaucoup de choses ont surement changés, Shit) A moins qu’il ne soit trop occupé… ou qu’il a peut être la tête ailleurs ….

Mais en même temps comment dire à quelqu’un « tu perds ton temps, t’es démasqué, ça prend pas, arrête de brasser de l’air & fais moi plutôt un bisou !! » Non, raisonnablement ça ne se dit pas ! Alors quoi ??? Attendre ???? Mais attendre quoi ??? Le retour de Jésus ??? Le déluge ??? Mais est-ce que j’ai l’air d’être infiniment patiente comme Marquise ?? Je ne crois pas non… Et l’auto-flagellation a ses limites, je ne suis pas une crevarde au point de m’enfermer dans un truc voué au néant… J’ai aussi besoin de concret *qui a crié « du sexe » ??  j’ai tout entendu !!* :D

Je préférerais ne rien comprendre du tout & laisser tomber, tout bêtement, est-ce que ça vaut la peine que j’y pense plus longuement, pas sûr… Alors oui, je rêve d’un big truc comme au cinéma, oui je suis fleur bleue à mort, oui j’y crois un tout petit peu malgré les apparences, mais je reste prudente & sur la réserve, je laisse une chance, par principe & parce que je suis assez grandiose comme fille *huhu!!* Et puis je ne sais pas, mais tant qu’on me laisse une porte ouverte, je ne peux pas la fermer volontairement, je trouve ça idiot & même grotesque. Mais bon… Je n’attend rien je crois, c’est beaucoup mieux comme ça & puis les teasings, je ne suis pas tellement fan…

En conclusion, je laisse un peu de temps, parce que ça ne me coûte pas grand chose & que pour le moment, j’en ai envie & que ça me fait même plaisir, mais, car il y a toujours un mais, je ne suis pas dupe de la mascarade, je vais observer gentimment à quelle sauce je suis sensée être mangée & sourire ensuite. Et si ça s’éternise, je suppose que par pur esprit de sauvegarde, je prendrais mes cliques & mes claques & je me taille. Ça serait dommage quand même, mais ça ne m’appartient pas d’en décider & bien que ça m’énerve de ne pas contrôler cet aspect de la situation, je vais faire avec. Mon dieu ce qu’il faut de patience, de compréhension & de douceur quand même, c’est vraiment un job à plein temps ça !! C’est un peu usant cela dit…

Demain, je reprends le cours de ma vie, il ne m’est rien arrivé d’absolument fantastique côté coeur, j’ai juste retrouver mon prof de philo d’il y a 10 ans, Celui que j’ai tant aimé, bon je passe d’agréable moments sur avec lui sur Msn (Pfff n’importe quoi !! pas suffisant a mon gout)  C’est fabuleux, c’est le principal. Tant pis pour la cerise, en tout cas j’adore le gâteau !!!

Ps: Rassurez vous depuis, je l’ai bien consommé la cerise & ça continue  ;)) 

Many Chéri & Marquise Zara, heureux, trés heureux !

De battre ….

De battre mon coeur s’est arrêté, un instant, une minuscule seconde, le temps d’un précipice sans fond & la larme qui toucha le sol bien avant mes pieds fit naitre un océan, dans lequel je ne me suis finalement pas noyée.

De battre mon coeur s’est emballé, il a couru plus vite que la réalité & sans rien pouvoir y changer de ma poitrine il a sauté, alors sur mon petit coeur j’ai trébuché, mais finalement, je ne l’ai pas écrasé.

De battre mon coeur s’est énivré, emporté dans un tourbillon d’émois que je croyais à jamais oubliés, ivre de bonheur au vertige, j’ai lentement vacillé, mais la vie dressa un mur contre lequel je me suis finalement appuyée.

De battre mon coeur s’est oublié, à jouer l’harmonie d’une autre partition, il a perdu son accord majeur, devenu orphelin de sa mélodie personnelle, il a finalement entendu mon âme qui le rappellait.

De battre mon coeur s’est habitué, frais rescapé d’un monde sans couleurs, un temps ébloui par le reflet d’un regard, il s’est finalement laissé apprivoiser par ce même monochrome tant choyé.

De battre mon coeur s’est arrêté, gonflé de certitude, irrigué de paix, il a lâché la main de ma raison si longtemps affutée & devenu  léger, mon coeur s’est finalement envolé…

Casino 2

La soie noire glisse sur mon épaule.
Bruit étouffé de la fermeture éclair.
Mes orteils se cachent dans des escarpins.
Clic du sautoir en perles.
Un dernier regard approbateur dans le miroir.
Une femme me sourit, l’oeil khôlé de mystère, la lèvre pulpeuse de malice.
Claquement de talons dans le hall de l’hôtel.
D’abord imperceptible, le brouhaha se précise.
Instant de flottement en arrivant à la table, le temps d’une demi-seconde de silence.
La partie se joue aux non-dits, j’hésite à bluffer.
Hurlement d’une goutte de sueur anxieuse le long de mon dos.
Deux mains se frolent, éclair de désir.
J’abats enfin mes cartes.
Ce soir là, comme tant d’autres, je n’étais pas en veine au jeu de l’amour & du hasard…♣

Un peu comme …

Comme un jeu aux règles universelles, Un jeu auquel je n’ai jamais gagné,

Game over.

Comme un pull trop étriqué, Un pull que je n’ai pu m’empêcher d’essayer,

Bien fait.

Comme un temps qui était compté, Un temps précieux que j’ai gaspillé,

Carpe diem.

Comme un avertissement sonore, Un avertissement que j’ai ignoré,

Warming.

Comme des mots simples murmurés, Des mots que je n’ai pas prononcés,

Chut!

Comme un souvenir flou & terni, Un souvenir que j’ai sublimé,

Enjoy…

Comme une histoire sans début ni fin, Une histoire que j’ai inventée,

Au plaisir.

Comme une porte blindée, Une porte dont je n’ai pas la clé,

Sésame…

Des souvenirs ..

Depuis quelques heures, mon coeur s’est remis à battre, malgré moi !!

Je me souviens d’une soirée douce de fin décembre, une soirée faite de rires, de discussions, de regards lumineux, de sourires entendus & de promesses de bonheurs à venir.

Je me souviens que l’endroit le plus romantique du monde n’a pas été celui que j’aurais pu imaginer & pourtant…

Je me souviens du savoureux frisson qui m’a électrisé quand il a caressé ma main, doucement, tendrement, patiemment…

Je me souviens, mais à peine de l’instant qui a suivi ses mots « je n’ai pas envie de te laisser partir », je m’en souviens à peine car à ce moment précis je suis née femme & d’un baiser, il a ouvert mon âme…

Je me souviens qu’avant lui, j’ai traversé les tempêtes & qu’après lui, il n’y a que le reflet doré d’une immensité à perte de vue, calme, accueillante, rassurante, enivrante…

Je me souviens qu’on a encore ri, émerveillés de tout ça, de nos mains qui se mêlaient, de nos regards qui se cherchaient, de nos lèvres qui s’unissaient…

Je me souviens de sa sagesse « tu me manques déjà, mais le plus important, c’est de nous être rencontrés, prenons le temps », je me souviens de l’explosion de joie dans chaque recoin de mon être…

Je me souviens de la douleur des jours qui suivirent, marqués d’un grand vide, je me souviens des efforts faits pour continuer à respirer sans réfléchir…

Je me souviens de cette date, à mon grand bonheur, une belle nuit, car même s’il s’agira d’à peine quelques heures volées mais qu’importe, un quart d’heure dans ses bras, suspendue à son souffle, vaut mieux qu’une éternité sans jamais l’avoir recroisé…

Je me souviens de sa façon très particulière & fort charmante de prononcer mon prénom, un mélange de douceur & de gravité, dit en fin de phrase, comme pour lui donner de l’importance & ça, je m’en souviens bien, puisque sa voix a caressé mon coeur il y a quelques heures…

Je me souviens de l’état de manque dans lequel je vis depuis quinze jours & je me souviens du flash d’émotions en lui parlant & de l’arrêt radical du manque, je me souviens qu’on a parlé si naturellement, comme au premier moment, en toute évidence, en confiance…

Je me souviens ô combien ma vie est plus claire, plus légère, plus douce depuis qu’il y est entré…une nouvelle fois !!

Je me souviens de tout finalement & comment oublier l’inoubliable ???


12

Aujourd’hui c’est le …

L’heure …

Auteur: Zara

Marquise !

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Pour vous

Pour vous

A votre avis ??

Dans l'absolu, vous aimeriez surtout être plus libre ??

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Au fil du temps !

juin 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Ce que je suis entrain de LIRE

Journal d’une femme adultère de Curt Leviant

Journal d’une femme adultère de Curt Leviant

L’Amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder

L’Amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder

L’herbe bleue (Journal intime d’une jeune droguée)

L’herbe bleue (Journal intime d’une jeune droguée)

11 minutes de Paulo Coelho

11 minutes de Paulo Coelho

Sur mon écran

Salut Les terriens - Scenes de menages - SAV d'Omar & Fred - Brothers - This is it - Inception - Les experts - 90' L'enquete -

DANS MES OREILLES

Adam Lambert - Watayo Want From Me, David Guetta Feat. Akon - Sexy Chick, Sugarbebes - Too Lost In You, Stereophonic - Maybe Tomorrow, Seal - Secrets, Sade - King Of Sorrow .....

Mes Yahoo Questions/Reponses !!

Geo amis

La liste des visites


Le Clafoutis |
Gaëlle mon ange |
Fleur de l'adolescence ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Site Internet de Carine &am...
| Risa la perche en fac !
| serenouille