Voluptueux mensonges

- Mais pourquoi donc les gens mentent ?

- Pour ne pas chagriner, pour être encore aimé, par peur de se tromper surtout. Un petit mensonge vaut mieux qu’un gros revirement d’opinion. Quelle importance ?

- La confiance ! La confiance est rompue !

- Bon Dieu, il n’y a pourtant aucune raison valable de donner moins de crédit à un menteur qu’à un autre. La raideur et la violence des phrases honnêtes sont bien plus effrayantes que tous les mensonges des imparfaits réunis. Ceux qui ne mentent pas n’ont-ils donc rien à perdre ?

- C’est irritant qu’on me mente. On me prend pour une idiote, je n’aime pas ça.

- L’es-tu seulement ?… Et si tu n’es pas idiote … En quoi est-ce irritant qu’un imparfait te prenne pour ce que tu n’es pas ? Les menteurs ne mentent pas aux idiots, ils se moquent éperdument des idiots. Tu pourrais être flattée au contraire que quelqu’un prenne la peine de te mentir. Qu’il cisèle son petit boniment à ton endroit. Qu’il soigne sa tromperie pour te plaire et qu’il maquille son discours. Tu en vaux la chandelle, n’est-ce pas suffisant pour te réchauffer ?

- … Pourquoi les gens mentent ?

- On se fiche de savoir pourquoi les gens mentent. La délectable question est comment. COMMENT les gens mentent ? Mais ça, c’est une autre histoire.

Celle qui a la memoire longue

C’est un petit bout de femme, extrêmement forte. Globalement, rien ne lui fait peur dans la vie. Des obstacles, elle en a connu depuis sa plus jeune enfance, mais elle a toujours su dans quelle direction avancer, sans jamais se poser trop de questions.

Les choix s’imposent comme une évidence à elle, ce qui suscite pas mal d’admiration dans ce monde d’indécis et d’incertains. Rien n’entrave ses actions. Rien, sauf une chose, sa mémoire. Comme d’autres ont la mémoire courte, elle, a la mémoire longue. Très longue. Et cette mémoire longue n’a qu’une case: les blessures.

Elle garde une trace vive et tenace à chacune de ses blessures. Elle n’arrive pas à les oublier. On la croit rancunière, mais que nenni, elle a juste la mémoire longue. Elle ne cherche pas vengeance, mais elle ne passe pas l’éponge. C’est ce qui l’aide à ne pas commettre les mêmes erreurs deux fois. Autrefois naïve, elle est désormais parée à toute éventualité. On la croit distante, mais elle est tout simplement échaudée. Ou aigrie. Peut être.

Convoitée

Convoitée,

Désirée,

Obsédante,

Obtenue,

Mise sur un piedestal,

Adulée,

Confidente,

Habillée,

Déshabillée,

Convoitée dans Mes reflexions poupéé-300x224

Analysée,

Désacralisée,

Démembrée,

Abandonnée,

Oubliée.

Les histoires d’amour finissent mal, en général ;)

Bien choisir son vocabulaire de couple

Comme je suis gentille & bien intentionnée, je partage ici ma petite liste exercice du pire & du meilleur :)

En A :

Amour. Acceptation. Admiration.

En B :

Besoin. Bonheur. Blessures

En C :

Confiance. Complicité. Compréhension. Confidence. Communication

En D :

Différence. Dépendance. Doute. Désillusions. Dialogue. Divorce

En E :

Envie. Élan. Entente

En F :

Famille. Frontières. Fierté

En G :

Garanties. Gentillesse

En H :

Honneur. Haine. Habitudes

En I :

Intérêt. Illusions. Incompréhensions

En J :

Jalousie. Jalons. Jugements 

En L :

Liberté. Lassitude

En M :

Meilleur. Mythe. Mensonges

En N :

Nouveauté

En O :

Ouverture. Orgasmes

En P :

Partage. Priorités. Pire. Pardon. Politesse

En Q :

Questions

En R :

Respect. Reséduction. Routine. Responsabilités. Rêves. Reproches

En S :

Silence. Souffrance. Soutien. Solitude. Sérénité. Solidarité

En T :

Trahison. Tendresse. Tristesse

En U :

Union

En V :

Violence. Vision. Vengeance. Valeurs

En W :

Waouh

En X :

XXX

En Y :

Y croire

En Z :

Ze end.

L’amour à 30 ans …

N’en plus pouvoir de l’attente exaspérante

Souffrir de la tension palpable

Se réfugier derrière des gestes maladroits

Sentir ce premier contact électrocutant

Libérer la passion enfin déchainée

Resserer encore l’étreinte passsionée

Se raccrocher aux lèvres soudées

S’abandonner à la chaleur envahissante

Recourir aux caresses intenses

Se laisser enivrer par l’émotion débordante

Nourrir l’étreintre de ces sentiments exaltants

Se perdre à la dérive de cet amour assouvi

Puis en fait, se réveiller. 

 

Hier j’ai eu 30 ans & j’ai enfin tout compris !

Finalement, le plus dur dans le fait de passer cet anniversaire des 30 ans, c’était cette hyper-longue année des 29 ans, où tu te réveilles tous les jours & tu te répètes comme une pauvrette de cosette, « punaise, je vais bientôt avoir 30 ans », ou sa variante les jours impairs « punaise, c’est ma dernière année dans la vingtaine ».

Et fait c’est l’année des 29 ans qui est plombée grave par cette anniversaire fatidique des 30. Qui finalement en lui-même se passe très bien, puisque tu es enfin soulagée & tu peux crier, « ça, c’est fait », à cette hyper-longue année des 29 ans qui t’a usée. 

Bon bien entendu, je vais la jouer franco, et j’ai eu mon petit coup de mou dans le cerveau de 5h à 7h du matin, dans mon lit silencieux, dans la maison silencieuse, seule avec ma cargaison de bilans à faire. Etonnamment, il est extrêmement facile de se laisser prendre la tête par ces sales regrets qui nous assaillent de toutes parts, surgis du néant de la nuit silencieuse. Et vas y de ton divorce, de ta carrière (ratée), de tes kilos, tes rides, ou quoi ou qu’est ce ….  Il y a toujours une armée de regrets enfouis pour se régaler de tes larmes silencieuses. 

Sauf qu’il faut savoir dire stop très vite, après le 5 à 7 : « messieurs les regrets, je suis venue, je vous ai entendus & je vous ai vaincus ». Maintenant, exit, et place aux accomplissements positifs, aux vraies & belles choses, parfois si tenues pour acquises, qu’on en oublie la cruciale existence. A tort. 

Je vous le dis en face, j’ai fait honneur toute la journée aux pensées positives & je vous remercie, Mon chéri, mon fils, ma famille, mes connaissances, mes amis connus ou virtuels , proches ou moins proches, de votre présence à mes côtés en ce jour, par tous les moyens de communication, parce que chaque message a contribué à ces petits moments de bonheur uniques qui nous font sourire & dire que oui,  la vita e bella. Merci.

Si son cœur était une porte de chiottes…

Aimer….

Elle a aimé d’un amour candide, sans calcul, sans arrière-pensée, sans effet de manche. Cet amour où elle a découvre tout ou presque. Un amour qui met de la magie dans le moindre détail. Un amour qui rend aveugle, sourd & naïf. Un jour, elle a retrouvé la vue & perdu l’innocence.

Elle a aimé d’un amour passionnel, sans limites, sans mesures & sans amour-propre. Cet amour où elle a renié tout ou presque. Un amour qui allume un grand brasier. Un amour qui rend aveugle, sourd & aigri. Un jour, elle a retrouvé la vue, ainsi qu’un petit tas de cendres: Soi.

Elle a aimé de toute sorte d’amour. Elle y a tour à tour perdu son ego, de l’argent, des plumes & quelques rêves. Pour mieux y gagner la connaissance de ce dont elle avait besoin.

Son cœur était un peu comme une porte de chiottes, il sentait âcre au point de soulever une vague nausée. Il ne s’ouvrait ni ne se fermait tout à fait, à force d’avoir trop été ouvert & fermé, ainsi celui qui s’y trouvait n’était jamais à l’abri d’un regard indiscret & celui qui voulait y entrer en devinait le seuil sans pouvoir apercevoir le fond.

Il y a toujours cette fois de trop qui claque la porte aux gonds grippés. Et si d’aventure, quelqu’un passait par là, il n’oserait ouvrir par trop de pestilence. Car oui, certaines choses enfermées dans les cœurs meurtris puent plus qu’une chiotte souillée de fluides corporels.

Je suppose que son cœur était une sorte de porte de chiottes, avec tous ces noms gravés plus ou moins bien, les ratures en plus. Mais un bon coup d’éponge & de peinture fraîche, et même une porte de chiottes dégueulasse peut se révéler être la porte du paradis.

Mai 90. J’ai neuf ans !!

9 bougies, 9 petites filles, 9 portraits volés entre les ballons multicolores & haribo multisaveurs.

1. L’intrépide : elle aura tout escaladé & tout testé, même les limites.

2. L’innocente : ses yeux & ses tresses blondes ne rivalisent de douceur qu’avec sa voix. 

3. L’enjouée : son enthousiasme est communicatif & elle rayonne de bonne humeur. Son éclat de rire est cristallin.

4. La boudeuse : il y a toujours un hic, petit ou grand, qui arrive a troubler son bonheur.

5. La shakira : elle dévoile son full potentiel aux premières notes de musiques. Son déhanché fait le reste.

6. L’instigatrice : toujours en retrait, son lieu de prédilection est le creux de l’oreille. En chuchotements & secrets, elle excelle. 

7. La délicate : c’est son port irréprochable, sa tête haute & sa voix posée que l’on note en premier. Son air evanescent vient conclure le portrait en beauté. 

8. La bout-en-train : elle fait rire la cohorte, parfois malgré elle. Il faut tout lui répéter deux fois & à la fin de l’envoi, elle touche. En malice.

9. L’effacée : le son de sa voix n’aura pas laissé de traces. Impossible de dire si c’est sa petite taille ou sa timidité qui lui a sectionné les cordes vocales. 

Destins De rentrée

Elle avance vers l’école, son fils pendu à sa main gauche. De loin, sa silhouette est plus fine, et son pas moins vif. De près aussi. Elle a du perdre 10kg en deux mois de vacances, ce qui l’a fait passer de svelte à longiligne. Son visage aussi a été modifié par l’apparition de nouvelles cernes. Ces cernes des longues nuits blanches. C’est elle, sans être elle. Ses cheveux toujours aussi beaux sont sa seule sauvegarde d’apparence de vie normale. Cet été, avant la rentrée, elle a divorcé. Un sale divorce, comme on en entend. Cet été, elle n’a pas vraiment eu de vacances, et cette rentrée pour elle marque le départ d’une nouvelle vie. Seule avec son fils.

Sur l’autre trottoir. Une autre parade, un large sourire aux lèvres. Elle aussi a 10kg de moins, mais elle a un beau landau flambant neuf en échange, avec une petite puce toute rose à l’intérieur. C’est son quatrième enfant, et ce sont les premières présentations officielles, devant la grande porte de l’école. Elle est radieuse même si elle aussi a des cernes. Ces cernes des longues nuits blanches. Mais elle belle, belle de bonheur & de fatigue.

On n’est pas tous égaux devant la rentrée.

Mima

Assise dans le salon, son petit-fils sur les genoux, elle ressemble à une Madone aux cheveux grisonnants. Son vernis à ongle impeccable intrigue l’enfant intrépide qui joue à califourchons.

ça commence tout en douceurUn rendez-vous oublié, un numéro de téléphone erroné, ça arrive à tout le monde.

Puis elle donne son cadeau au petit, c’est une grand mère modèle, très à cheval sur les traditions. Les petits enfants, c’est sacré. Et pourtant elle n’arrive pas à se souvenir de l’âge du petit dernier. Pour elle, il a toujours 6 mois, sacrée jeunesse. 

Les mêmes questions inlassablement répétées, les mêmes réponses continuellement oubliées. Il a 2 ans maintenant mamie. Non mamie, ils ne font pas de travaux dans le quartier. Ah bon, vous vous êtes perdue pendant 2 heures. Non, ce n’est pas les travaux mamie.

Je dois partir s’exclame t-elle. Rentrer chez moi, même si personne ne m’y attend. Sauf mon livre, je l’ai presque fini !

Elle a éludé le sujet du livre. Car désormais, c’est juste une suite de mots qui ne forme plus d’histoire & ne laisse plus de souvenirs. 

Mima, c’est peut être moi, c’est peut être toi, une mère ou une belle mère, prise au piège inéxorable du temps & de l’inflexible Alzheimer. Une fin de vie précipitée. Des cerveaux brillants anéantis en quelques mois. Des êtres chers qui partent vivre dans une autre réalité. Intérieure.

Cette note leur est dédiée. Quand viendra le jour où elles ne nous reconnaitront plus, nos coeurs d’enfants désemparés les aimeront tout autant. 


12345...26

Aujourd’hui c’est le …

L’heure …

Auteur: Zara

Marquise !

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Pour vous

Pour vous

A votre avis ??

Dans l'absolu, vous aimeriez surtout être plus libre ??

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Au fil du temps !

août 2016
L Ma Me J V S D
« sept    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Ce que je suis entrain de LIRE

Journal d’une femme adultère de Curt Leviant

Journal d’une femme adultère de Curt Leviant

L’Amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder

L’Amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder

L’herbe bleue (Journal intime d’une jeune droguée)

L’herbe bleue (Journal intime d’une jeune droguée)

11 minutes de Paulo Coelho

11 minutes de Paulo Coelho

Sur mon écran

Salut Les terriens - Scenes de menages - SAV d'Omar & Fred - Brothers - This is it - Inception - Les experts - 90' L'enquete -

DANS MES OREILLES

Adam Lambert - Watayo Want From Me, David Guetta Feat. Akon - Sexy Chick, Sugarbebes - Too Lost In You, Stereophonic - Maybe Tomorrow, Seal - Secrets, Sade - King Of Sorrow .....

Mes Yahoo Questions/Reponses !!

Geo amis

La liste des visites


Le Clafoutis |
Gaëlle mon ange |
Fleur de l'adolescence ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Site Internet de Carine &am...
| Risa la perche en fac !
| serenouille